noname-telefone-interview

Découvrez « Telefone » de Noname, poétesse hip-hop de la tendresse.

Dans Telefone, sa dernière mixtape, Noname dilue un mélange troublant de joie et de dévastation au fil des dix titres sur lesquels la rejoignent tantôt Chance The Rapper, son mentor et ami, tantôt Mick Jenkins ou encore Saba. Un des meilleurs albums rap de l’année 2016 et un univers tendre, un peu sombre, très intime et résolument optimiste.

La patience est une vertu paraît-il. Dans ce cas précis, l’attente valait la peine. Noname, Fatimah Warner de son vrai nom, a commencé à affoler la planète hip-hop lorsqu’elle apparaît aux côtés de Chance The Rapper en 2013, sur le titre « Lost« . Elle qui s’est fait connaître en remportant des concours de slam à Chicago s’impose trois ans plus tard avec Telefone. Une sortie en catimini au coeur de l’été dernier qui a failli nous faire passer à côté d’une merveille de tendresse.

Avec cette mixtape aux allures d’album, Noname se livre et délivre un doux mélange littéraire et conscient sur fond de conversations téléphoniques, avec des instrus groovy et légère, proches du jazz de Robert Glasper autant que de la néo-soul d’Erykah Badu. 

i

i

Poétesse du spleen et de l’espoir dans un monde du hip-hop en constant renouvellement, l’authentique Noname a construit un recueil de ses doutes, de ses contradictions et de ses rêves. Dans une veine parallèle mais moins en colère que celle qu’explore Akua Naru, Noname chante les peines les joies la détermination des femmes noires-américaines, les violences policières envers la communauté noire de Chicago, la pauvreté et les noeuds engendrés par un système défaillant. Et ses histoires d’amour.

Voix apaisante, flow ciselé, la jeune femme danse autour des mots avec une telle précision que chacun d’entre eux est fort, et plein. Elle chante nue, chaque virgule compte et Noname fait preuve d’une grande maturité dans cet album où elle donne beaucoup.

Quand Noname rappe, elle semble se fondre dans la tristesse d’une vie qui a déjà vu la mort et sa violence. Mais quand Noname rappe, c’est avant tout avec l’immense lumière qui l’habite. Alors du slam au rap et du rap au chant, elle nous amène délicatement à la suivre dans ce qui pourrait être une balade tranquille, un dimanche d’été.

i

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinoname1

i

En bref et pour conclure, Telefone : une dose de réconfort pour les jours gris, un objet précieux pour les coeurs refroidis. Il se télécharge gratuitement sur son site et croyez-nous sur parole, Noname est une artiste à suivre de très près.

Découvrez aussi

2016_008_372-credit_youri_lenquette
► La girl-power brésilienne Flavia Coelho a littéralement embrasé Les Abattoirs avec son show survitaminé le 28... Lire la suite
bcuc
Le festival Hors Pistes revient au Brise-Glace à Annecy du 10 au 18 février pour une 7e édition toujours passionnée... Lire la suite
charlie-le-mindu
• THÉATRE – « Vangelo » de la Cie Pippo Delbono @ l’Espace Malraux à Chambéry mardi + mercredi ►... Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *