Alexandra Savior, celle qui avait trouvé sa voix.

Magnétique, le desert rock sensuel d’Alexandra Savior ne cesse de nous hanter ces jours-ci. Le mystère attise le désir bien vrai ? La jeune femme reste discrète. Mais en y regardant d’un peu plus près, on s’aperçoit qu’elle trace sa route vers le devant de la scène, résolument. Repérée aux côtés des Last Shadow Puppets et Tame Impala dont elle fait les premières parties depuis plusieurs mois ; Alexandra Savior vient de publier son premier single, « Shades », en attendant la sortie d’un album prévu pour l’automne, Strange Portrait.

 

 

Alexandra Savior a l’une de ses voix chaudes et envoûtantes qui rappellent les standards des années 60, toute brodée d’ambiances cinématographiques qui ne sont pas là par hasard. Avant de s’installer à Los Angeles, elle grandit dans une petite ville oubliée de l’Oregon où elle étudie le théâtre pour lequel elle se passionne. Le théâtre et la poésie contre l’ennui. Depuis l’enfance, elle écrit des poèmes et des nouvelles, qu’elle nourrit en dévorant, avide, tous les livres qui passent à sa portée, de Simone de Beauvoir à Allen Ginsberg. Alors qu’elle vient de fêter ses 15 ans, elle et sa troupe travaillent sur Our Town, de Thornton Wilder ; une pièce dont le décor se plante dans un minuscule village du New Hampshire des années 30 où il ne passe rien, sauf les histoires de cœur d’une Emily Web (jouée par Alexandra Savior) au destin sacrifié par son mariage arrangé.

Marguerite Yourcenar, dans les Yeux Ouverts, son livre de chevet : « Il faut presque toujours un coup de folie pour bâtir un destin ». La suite s’accélère. Alexandra Savior panique,  en écho à son rôle. Elle se rebelle à grand renfort de « fuck off » qui resteront son mantra jusqu’à aujourd’hui encore, se fait virer du club de théâtre par le metteur en scène et n’a désormais qu’une seule idée en tête : boucler ses valises.

Ce qu’elle fera trois ans plus tard, Los Angeles dans le viseur. Le théâtre derrière elle, la jeune femme réalise que depuis tout ce temps, ce sont en fait des chansons qu’elle écrit et lorsqu’elle se présente à un concours de chant, qu’elle remporte, Alexandra Savior ne doute plus. Elle sera musicienne. Sa mère lui fait promettre une chose : s’il ne passe rien côté musique au bout de six mois dans la cité des anges, elle devra s’inscrire à l’université.

 

alexsaviorturner

 

En octobre, elle signe chez Columbia. D’une fête où elle tombe sur Miles Kane, elle rencontre ensuite Alex Turner, l’autre moitié des Last Shadow Puppets. Ils passent des heures ensemble à écouter de la musique en buvant des latte americanos, connectent et écrivent. Une collaboration appelée à durer et dans les deux sens, puisqu’on la retrouve aujourd’hui créditée sur le dernier album de The Last Shadow Puppets et Alex Turner sur les morceaux d’Alexandra Savior, devenue sa protégée. Au point qu’il lui offre même un bon coup de projecteur en l’accompagnant sur certains de ses concerts, comme au printemps dernier sur la scène du Hôtel Café à Los Angeles.

 

 

Dans une interview pour Noisey, elle admet qu’elle aime préserver ses secrets et que la célébrité lui fait peur. Mais c’est pourtant bien ce qui risque de lui arriver, la célébrité. « Risk », qu’elle a composé en tandem avec Alex Turner, s’est glissée dans la BO de la deuxième saison de True Detective. Entre temps, elle se lie d’amitié avec Cam Avery (Tame Impala) qui il lui propose un deal : un duo en échange du loyer d’un garde-meuble. Chose faite.

 

 

« J’aime être impliquée dans les choix artistiques, je ne supporte pas l’idée qu’on puisse avoir le contrôle sur moi, je déteste l’idée d’être un produit », déclare-t-elle à Noisey. Alors même si son album est prêt depuis un bon moment, elle préfère prendre son temps.

Résolue et affamée du monde, Alexandra Savior rêve d’Europe. Parfait. On l’attend.

Découvrez aussi

Mystic Voyage c’est un voyage musical qui vous emmène aux 4 coins du groove alors que la terre est ronde. […] Lire la suite
Comme toujours, Michel Platine et Elbertinho vous feront découvrir des sorties récentes : Pete Rock & Common, le... Lire la suite
Ce mois, on va s’interesser à la soul en provenance du Kentucky avec le groupe Midnight Star ou l’excellent... Lire la suite